Vous êtes ici

Quand le mercure refuse de décembre…

Impossible de parler de la météo du mois de Noël écoulé sans parler des températures printanières qui l’ont accompagné. C’est bien simple, la douceur exceptionnelle qui a régné tout au long du mois a fait voler en éclat tous les précédents records de température pour ce dernier mois de l’année. C’est peu dire qu’avec une telle chaleur - et pas un flocon ! -, Noël avait peu de chances d’être blanc…

Mais qu’en a-t-il été du côté du vent et du soleil ? Des records là aussi ?

Pour le soleil, on n’en était pas si loin. Avec près de 50% de temps d’ensoleillement en plus qu’un mois de décembre normal, on aurait pu en établir un, si décembre 2013 - souvenez-vous - n’avait pas été encore plus exceptionnel.

Mais même avec un soleil bien plus présent que la norme, cela reste un soleil d’hiver. Et au niveau du photovoltaïque, si les performances ont été (très) bonnes, les ménages équipés d’une installation de 3kWc n’ont, en moyenne, pu couvrir qu’un petit tiers de leurs besoins en électricité grâce au soleil. On se consolera en se disant que c’est plus que d’habitude en cette saison…

Niveau solaire thermique, pas de miracle non plus. Ca hiberne toujours de ce côté-là avec,  pour les ménages possédant des capteurs thermiques (4,6 m², 300 l), moins d’une douche sur cinq chauffée par le soleil. Peu, mais rien d’anormal.

Quant au vent, il nous a offert un fort joli score pour ce dernier mois de l’année. Avec un taux de charge exceptionnel de 70% en offshore, c’est l’équivalent des besoins en électricité de plus de la moitié des logements belges qui a pu être couverte grâce au vent, ce qui en fait le meilleur mois de décembre de ces quatre dernières années. Merci pour le cadeau de Noël, Éole !

Dans l’ensemble, 2015 aura été une année record tant au niveau de la production électrique provenant tant du solaire photovoltaïque que de celle provenant de l’éolien.

2016 fera-t-il encore mieux ? A suivre…

Catégorie: 
Statistiques
Filière: 
3
7
8

Pour aller plus loin