Vous êtes ici

Mars, au tour du vent de briller

Chacun son tour, comme on dit. Notre bilan météorologique de février mettait à l’honneur un soleil très généreux, au tour désormais du vent d’occuper une place… au soleil.

Avec un très généreux taux de charge moyen de 39% (onshore et offshore combinés), mars 2019 est tout simplement le meilleur mois de mars éolien de ces 8 dernières années. À titre de comparaison, la moyenne du taux de charge du mois de mars des 7 années précédentes était de 28,7%. Une bonne nouvelle donc pour la filière vent après le désastreux mois éolien de février. Des pointes de vent d’au moins 72 km/h (20 m/s) ont même été mesurées pas moins de 12 journées sur le mois. Quand on vous dit que c’était un mois très venteux !

Durant le mois écoulé, le vent aura fourni l’équivalent de la consommation électrique de 65% des ménages belges. Un record !

En cliquant sur la page 1 du graphique dynamique, vous pourrez obtenir la comparaison des taux de charge annuels.

Le photovoltaïque, par contre, n’avait pas vraiment… le vent en poupe.

Si l’ensoleillement était somme toute normal (106h 33min pour une norme de 113h 57min) il est intéressant de noter que c’est moins que le mois précédent où, en l’espace de seulement 28 jours, le soleil avait brillé 137h et 50min. Mais il faut dire que c’était un mois de février plutôt hors normes.

Sur l’ensemble du mois de mars, les panneaux photovoltaïques orientés au sud ont produit en moyenne 75 kWh par kWc installé, ce qui est moins que la moyenne des dix années précédentes (87 kWh/kWc). Cela place mars 2019 dans le trio des plus mauvais mois de mars photovoltaïques de ces 11 dernières années.

Bilan 2019 au quart du parcours : des mois qui se suivent et ne se ressemblent pas… pour l’instant.

 

 

En cliquant sur les pages 1 et 3 du graphique dynamique, vous pourrez obtenir la comparaison des productivités annuelles et la productivité quotidienne par mois.

Catégorie: 
Statistiques
Filière: 
3
8