Vous êtes ici

Mai chaud, mais mai peu venteux

Après le très pertinent  dicton « En avril, ne te découvre pas d’un fil », en voici un autre qui a bien tenu ses promesses : « En mai, fais ce qu’il te plait ».

Plus que jamais même, puisque d’après l’Institut Royal Métorologique (IRM), les températures moyennes du mois écoulé ont été anormalement élevées. Mis à part cela, mai 2017 aura remis une copie parfaitement normale.

Et normal, pour un mois de mai, ça se traduit au niveau du soleil par des performances allègrement supérieures aux besoins des propriétaires de systèmes solaires.

Les propriétaires de panneaux photovoltaïques (installation de 3kWc pour une consommation de 3500 kWh/an) auront ainsi tous produit bien plus de kWh électriques qu’ils n’en consomment sur le mois, allant même dans certaines régions jusqu’à couvrir plus de 150% de leurs besoins en électricité.

Même chose pour les propriétaires de panneaux solaires thermiques (4,6 m², 300 l) : qu’ils soient de gros consommateurs d’eau chaude ou des ménages plus économes, le soleil a amplement suffi à chauffer toute l’eau chaude sanitaire du mois.

Au niveau de l’électricité d’origine éolienne, mai 2017 nous refait le même coup qu’avril avant lui avec une production en berne. Avec un taux de charge moyen de seulement 18% sur l’ensemble du mois, il s’agit du pire mois de mai de ces 6 dernières années en termes de performances éoliennes. Dans l’ensemble, le vent n’aura permis de couvrir l’équivalent des besoins en électricité que de quelque 22% des ménages. Sur les cinq premiers mois de l’année, pas moins de trois (janvier, avril et mai) ont désormais affiché la plus mauvaise production éolienne des 6 dernières années… Tout cela ne présage pas vraiment une bonne année au niveau du vent...

Et maintenant, place à l’été !…

Catégorie: 
Statistiques
Filière: 
3
7
8