Vous êtes ici

Décembre conclut l’année en douceur

La douceur était effectivement de mise pour ce tout dernier mois de l’année 2019. C’est bien là le seul point que l’IRM a souligné « d’anormal » parmi tous les paramètres météo du mois. Pour le reste, rien de bien singulier sous le soleil, si ce n’est une belle luminosité… sous le soleil.

En effet, malgré ses courtes journées, décembre 2019 a bénéficié d’une durée d’insolation quelque 22% supérieure à la norme (55h08 pour une norme de 45h08). Cela a suffi pour propulser décembre 2019 au quatrième rang des meilleurs mois de décembre photovoltaïques de ces 11 dernières années.

Avec 29 kWh par kWc installé, décembre 2019 a produit grâce au soleil 21% d’électricité en plus que la moyenne de production des mois de décembre des 10 années précédentes (24 kWh/kWc). Chouette pour les prosumers !

En cliquant sur les pages 1 et 3 du graphique dynamique, vous pourrez obtenir la comparaison des productivités annuelles et la productivité quotidienne par mois.

Au total, avec 1047 kWh produits par kWc installé, l’année 2019 se classe sur la troisième marche du podium des meilleures années photovoltaïques depuis 11 ans, à seulement… 2 kWh du deuxième, 2015.

Et ces 1047 kWh/kWc, c’est quelque 5% de production en plus que la moyenne des 10 années précédentes (995 kWh/kWc). Re-chouette pour les prosumers !

 

Un vent dans la moyenne

 

Au niveau du vent, avec un taux de charge mensuel moyen de 39 %, décembre 2019 est parfaitement dans la lignée de la moyenne des mois de décembre éolien de ces 7 dernières années (39,9%).

En cliquant sur la page 1 du graphique dynamique, vous pourrez obtenir la comparaison des taux de charge annuels.

Au final, avec un taux de charge annuel moyen de 25,8 %, l’année 2019 aura été une année assez peu venteuse, la moyenne des taux de charge annuels moyens étant de 27,5%.

Toutefois, comme de nombreuses éoliennes sont venues renforcer le parc éolien belge en 2019, la quantité d’électricité qu’elles ont fournies sur un an s’est accrue substantiellement elle aussi.

En mer du Nord notamment, grâce à l’ouverture d’un sixième parc éolien offshore, les parcs offshore ont connu une année record en 2019, produisant 37% d'énergie supplémentaire par rapport à 2018.

Avec l’augmentation de puissance installée apportée par ce nouveau parc, couplée au vent généreux d’hiver, l’offshore a produit en décembre 130% de la production onshore, devenant ainsi la première source d’énergie éolienne de Belgique.

L'année 2020 s'annonce également prometteuse pour le secteur de l’éolien offshore. Si tout se passe comme prévu, deux nouveaux parcs devraient entrer en service dans la mer du Nord et augmenter la capacité de 706 megawatt (+45%).

Cela permettrait aux parcs éoliens offshore de fournir fin 2020 10% de la production électrique du pays (actuellement 5 à 6%), soit environ la moitié de la consommation d'énergie de tous les ménages du pays.

Bref, 2020 s’annonce passionnante pour nos énergies renouvelables…

Catégorie: 
Statistiques
Filière: 
3
8