Vous êtes ici

Avril, coup de froid sur le vent

« En avril, ne te découvre pas d’un fil »... Un dicton peut-être usé mais qui cette année encore prenait tout son sens.

Avec des températures en-dessous de la norme et même plus fraîches que celles de mars, on supportait bien une petite laine. Mais les températures fraîches ne sont pas le seul paramètre inhabituel de ce mois d’avril. Outre des précipitations très anormalement faibles et des épisodes d’orage rarissimes, le vent était lui aussi exceptionnellement effacé pour un tel mois.

Résultat, avec un taux de charge moyen de seulement 16%, il s’agit du pire mois d’avril de ces six dernières années en termes de performances éoliennes. Dans l’ensemble, le vent n’aura permis de couvrir l’équivalent des besoins en électricité que de quelque 21% des ménages belge, soit presque moitié moins que le mois de mars.

Côté soleil, ça a brillé tout à fait honnêtement, sans battre des records.

Au niveau du solaire photovoltaïque, le soleil d’avril aura permis aux prosumers de couvrir largement l’entièreté de leurs besoins en électricité (installation de 3 kWc pour une consommation de              3500 kWh/an) et même d’en réinjecter un peu (voire beaucoup) plus sur le réseau.

Même constat pour les chauffe-eau solaires. Ici aussi, pour peu qu’ils aient été économes, le soleil d’avril aura permis aux propriétaires de capteurs thermiques (4,6 m², 300 l) de chauffer quasi l’entièreté de leurs douches grâce au soleil…

Ferons-nous ce qui nous plait en mai ? À suivre…

Catégorie: 
Statistiques
Filière: 
3
7
8