Vous êtes ici

Statistiques

  • Pourquoi le politique sous-estime constamment le potentiel futur de l’énergie photovoltaïque ?

    L’Agence Internationale de l’Energie, qui fait référence, publie chaque année des prévisions très conservatrices sur le développement attendu du photovoltaïque. Ces prévisions, démenties par la forte croissance du solaire, freinent les politiques de transition énergétique.

  • Statistiques dj 16.5/16.5 : 2019, une année particulièrement chaude

    Le degré-jour (dj) indique les besoins de chauffage d’un bâtiment. En 2019, selon Synergrid, le dj 16.5/16.5 était de 2.076, soit une valeur plus clémente que la normale de ces 20 dernières années. Un indicateur qui vous permet de comparer vos saisons de chauffe. 

  • Avec un demi GWc installé, 2019 confirme la relance du marché photovoltaïque

    Avec 544 MWc installés l’an dernier, 2019 est la quatrième meilleure année d’équipement solaire en Belgique, ce qui porte le parc photovoltaïque à 4,8 GWc.

  • 21% de renouvelables dans l’électricité consommée en Belgique en 2019

    2019 fut une année sèche, chaude et peu venteuse, selon l’IRM. Mais étant donné le développement des parcs éoliens et photovoltaïques, la production électrique renouvelable a atteint un record et a permis de fournir 21% de l’électricité consommée en Belgique, selon le suivi des productions par l’APERe.

  • Décembre conclut l’année en douceur

    La douceur était effectivement de mise pour ce tout dernier mois de l’année 2019. C’est bien là le seul point que l’IRM a souligné « d’anormal » parmi tous les paramètres météo du mois. Pour le reste, rien de bien singulier sous le soleil, si ce n’est une belle luminosité… sous le soleil.

  • Novembre à bout de souffle

    L’année a été longue et touche doucement à sa fin. Et du côté des ressources renouvelables locales, il y a comme un coup de mou. Du moins pour l’éolien qui nous livre une prestation bien pâlichonne. 

  • Octobre, un mois dans le vent

     Selon l’IRM, Octobre 2019, a été un mois automnal sombre et venteux. L'année 2019 pourrait même établir un record éolien.

  • Septembre, une rentrée qui a du souffle

    Pour ce premier mois de l’année académique, l’IRM n’a rien souligné d’exceptionnel, ni même d’un tant soit peu anormal. Températures dans les normes, pluviosité dans la norme, ensoleillement dans la norme… Finalement, le seul qui aura brillé en septembre, c’est le vent.

  • Ensoleillé, l’été l’a été

    Records de chaleur, pluviosité en berne… L’été 2019 aura marqué les esprits par ses écrasantes périodes de canicule. À l’instar de l’été 2018, soleil et chaleur ont à nouveau été les maîtres mots. Et dans tout ça, une technologie renouvelable en a profité pour battre un record : le photovoltaïque, bien sûr.

  • Mai, pas vraiment ce qui nous plait

    Tout est dans le titre. Outre des températures relativement fraîches pour un tel mois, les productions renouvelables n’étaient pas brillantes, quand elles n’étaient pas carrément mauvaises.

Pages