Vous êtes ici

Solaire thermique

  • Octob’records

    Température et vent : Et oui, des records ont été battus en ce mois d’octobre 2017.

  • Septembre, une rentrée dans les rangs

    Cette année, septembre nous a gratifiés d’une rentrée très scolaire avec un bulletin météorologique strictement dans la moyenne.

  • Moyen, l'été, là, l'a été

    Les cinq premiers mois de l’année avaient donné le ton : sécheresse, vent en berne et ensoleillement moyen. L’été 2017 aura, grosso modo, suivi cette même tendance…

  • Mai chaud, mais mai peu venteux

    Après le très pertinent  dicton « En avril, ne te découvre pas d’un fil », en voici un autre qui a bien tenu ses promesses : « En mai, fais ce qu’il te plait ».

  • Avril, coup de froid sur le vent

    « En avril, ne te découvre pas d’un fil »... Un dicton peut-être usé mais qui cette année encore prenait tout son sens.

  • Les kWh viennent de mars, les chiffres sont venus

    C’est le printemps ! Pour fêter ça, mars nous a offert un mois d’extérieur, très anormalement sec (10 jours de précipitations seulement au lieu des 17 habituels) et chaleureux (9,6° de moyenne, chaude variante de la norme de 6,8°).

  • Février, l’air de rien

    Pourquoi l’air de « rien » ? Et bien d’abord parce que février 2017 n’a rien de spécial à revendiquer au niveau météorologique. Sur l’ensemble du mois, le vent a soufflé normalement, le soleil a (peu) brillé normalement, il a plu normalement, etc. Bref, rien de particulier à souligner selon l’IRM.

  • Janvier, bleu blanc bof

    Pour ceux qui aiment l’hiver, janvier 2017 les aura gâtés. En effet, le premier mois de l’année aura été particulièrement arrosé de soleil, de neige, et le vent se sera fait anormalement discret. Idéal pour de belles balades au milieu de paysages enneigés. Mais au niveau des productions d’énergie à partir de sources renouvelables, on ne peut pas dire qu’il y ait vraiment eu de quoi se réjouir.

  • Loin des sombres décembres

    En général, décembre en Belgique, c’est 45 h d’ensoleillement, 81 mm de précipitations, 4 jours de neige et une bonne dose de vent. Mais ça, décembre 2016 n’en a eu cure !

  • Novembre, rien à déclarer

    Entendons-nous bien, novembre 2016 a bien des choses à déclarer, à de nombreux égards. Au niveau climatique, il s’agirait même d’un mois historique. Non seulement parce qu’il a été le mois de novembre le plus chaud jamais enregistré au niveau de la planète – ça, on commence malheureusement à s’y habituer, à ces records –, mais aussi, et surtout, parce qu’il a compté à la fois la COP 22 et l’élection de Donald Trump… Pas exactement des faits anecdotiques au regard de la lutte contre le réchauffement climatique…

  • Octobrrrrr…

    Après un mois de septembre exceptionnellement beau et chaud, on se doutait bien que ça ne durerait pas. Et, de fait, on ne peut pas dire qu’octobre ait été particulièrement chaleureux. Que du contraire ! Si l’IRM qualifiait de « normal » presque tous les paramètres météorologiques du mois, deux faisaient exception dont la température moyenne, anormalement basse en octobre dernier.

  • Septembre, son si scintillant soleil

    S’il y a bien un mois d’été qui a tiré son épingle du jeu – dans le bon sens – cette année, c’est bien septembre.

  • Août, temps : pas dégoûtant

    N’en déplaise aux ronchons, août 2016 fut bon. Normal, donc bon.

  • Eau chaude sanitaire : quelle technologie solaire choisir ?

    Mieux vaut-il installer un chauffe-eau solaire thermique, thermodynamique ou photovoltaïque ? Cette question, très souvent posée, trouve aujourd’hui une réponse claire et nette, notamment sur le plan de l’investissement financier initial. Suivez notre analyse chiffrée.

  • Juillet rime avec mauvais ?

    Et bien non. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, juillet 2016 rimerait plutôt avec parfaitement normal. Et ce n’est pas nous qui l’affirmons, c’est l'Institut Royal Météorologique.

  • Juin n’empêche pas l’eau

    Ça ne sera une surprise pour personne, le mois de juin écoulé a été particulièrement m… mouillé. C’est le moins qu’on puisse dire vu la quantité record d’eau qui est tombée en cette période (176 mm là où la norme est de 72 mm). Et de manière générale, ce sont tous les paramètres météo du mois – ensoleillement, humidité, vent, jours d’orage, etc. - qui ont été anormaux, très anormaux ou exceptionnels. Tous à part… les températures.

  • En mai, la pluie nous emme...

    … parce qu’elle ruine Roland Garros et qu’on a l’impression de n’avoir vu qu’elle plutôt que le soleil. Et pourtant, elle n’est pas tant tombée que ça, la pluie. Enfin pas plus que d’habitude à cette période. Et le soleil n’était pas si absent que ça non plus d’ailleurs.

  • Météo renouvelable : Comme le dit bien le proverbe, en avril...

    Effectivement, il valait mieux ne pas trop se découvrir le mois dernier. Avec des températures anormalement basses pour la saison, le proverbe était plus que jamais d’application.

  • Le printemps Mars les esprits

    Si, suite aux événements du 22 mars dernier, la Belgique aura vécu un des mois les plus sombres de son histoire - et que persiste encore sur le pays un climat anormalement maussade, il n’en aura pas été de même au niveau de la météo.

  • Le Maroc, cet acteur renouvelable ambitieux

    Le Maroc accélère sa transition : solaire à concentration, photovoltaïque, éolien, hydroélectricité, … Le pays qui accueillera la COP22 met en œuvre une stratégie ambitieuse. Qui intéresse la Belgique.

  • Février, le vent tourne (doucement) pour le solaire

    Février 2016 a suivi les traces de son prédécesseur - le très mouillé janvier 2016 - avec lui aussi près de deux fois la pluviosité d’un mois de février normal… Pour le reste, février 2016 aura été tout ce qu’il y a de plus normal du côté de la météo. Mais comment cela se traduit-il en termes renouvelables ?

  • Opticube : De l'eau chaude solaire à moindre frais

    La PME wallonne SunOptimo propose depuis peu une formule inédite : l’Opticube, un kit solaire thermique pré-monté. Ce concept concurrentiel pourrait ranimer la filière.

  • Janvier pluvieux, janvier heureux ?

    Niveau pluie, on peut dire que 2016 a démarré en trombes (c’est le cas de le dire) ! Avec près de deux fois la pluviosité d’un mois de janvier normal, le premier mois de l’an neuf aura donc été fameusement arrosé. Pas au point de battre le record de janvier 2004, mais quand même…

  • Quand le mercure refuse de décembre…

    Impossible de parler de la météo du mois de Noël écoulé sans parler des températures printanières qui l’ont accompagné. C’est bien simple, la douceur exceptionnelle qui a régné tout au long du mois a fait voler en éclat tous les précédents records de température pour ce dernier mois de l’année. C’est peu dire qu’avec une telle chaleur - et pas un flocon ! -, Noël avait peu de chances d’être blanc…

  • Novembre, no vent ? Oh que si…

    Tout comme le mois dernier, c’est Éole qui fait les gros titres de notre bilan météo du mois écoulé.  Mais cette fois-ci, ce n’est pas pour regretter son exceptionnelle rareté. Que du contraire ! Après un mois d’octobre des moins venteux jamais connus, paf !, un record éolien en novembre ! C’est peu dire que le vent a tourné.

  • Météo renouvelable : Octobre s’essouffle…

    Vive le vent, vive le vent, vive le vent d’automne ?... Ha ça, non ! Aucun risque que nos éoliennes n’aient fredonné cette rengaine le mois dernier. Et pour cause ! Jamais depuis le début des enregistrements le vent n’avait si peu soufflé un mois d’octobre. Un record !

  • C’est sombre, septembre…

    Quand on pense à septembre, à quoi pense-t-on en général ? À la fin des vacances, à la rentrée scolaire, à l’automne qui frappe à la porte et… au retour de la grisaille.

  • Météo renouvelable : normale, mai…

    Oui, il y a un « mai(s) »…

  • Météo renouvelable : Avrilluminé

    S’il est une chose qu’on pourra retenir d’avril 2015, c’est qu’il aura été copieusement ensoleillé !

  • A la poursuite de la chaleur verte

    Le Cluster TWEED publie une cartographie des acteurs wallons et bruxellois de la chaleur verte. On y constate une certaine frilosité des décideurs politiques et industriels ; mais aussi la diversité des champs d’activité laissés en friche faute d’ambition partagée…

  • Météo renouvelable : March mellows

    He oui, en mars, le temps s’adoucit !... Rien de plus normal me direz-vous. Et effectivement, rien de plus normal, voilà qui résume parfaitement mars version 2015. Normal au niveau de l’ensoleillement, normal au niveau des températures, normal au niveau de l’humidité, de la vitesse du vent, de la pression atmosphérique,… Allez, s’il fallait absolument souligner une - légère – anomalie, elle se situe au niveau des précipitations : il n’a pas neigé et il a un peu moins plu que d’habitude pour ce mois. Mais à part ça…

  • L’éolien progresse en terre flamande

    Contrairement à l'éolien wallon, la filière onshore progresse fortement en Flandre, si on en juge les dernières statistiques. Bart Bode et Alice Detollenaere (fédération ODE) tentent une ébauche d’explication.

  • Météo des énergies renouvelables en 2014

    Initiée en 2009, la météo des énergies renouvelables complète les bulletins météo par les données énergétiques solaires et éoliennes qui lui correspondent.

    Voici, pour l'année 2014, un aperçu de la couverture des consommations d'un ménage belge par leur installation solaire photovoltaïque (3 kWc) et par un chauffe-eau solaire individuel de dimension standard (4,6 m² - 300 l), ainsi que le nombre de logements qui auraient pu être couverts par le parc éolien belge.

  • Solaire thermique: analysez la rentabilité d’un projet en 10 clics

    Vous hésitez à investir dans une installation solaire thermique ? Un simulateur financier indépendant et gratuit vous aide à prendre une décision.

    A l’instar du simulateur financier photovoltaïque, ce nouveau simulateur permet aux ménages d’évaluer la rentabilité financière d’un projet solaire thermique, en comparant leurs dépenses durant 25 ans pour leur production d’eau chaude sanitaire avec ou sans installation solaire.

  • La concentration solaire participera à l’équilibre du réseau électrique espagnol

    Fin novembre 2011 à Seville, le 5ème congrès international « CSP Today » a rassemblé plus de 700 personnes autour de la thématique de la technologie solaire à concentration. Portée par l’Espagne, cette technologie se positionne aujourd’hui comme une pièce indispensable dans le mix électrique de demain. Nous présentons ci-après une analyse de S&WE d’octobre 2011 qui présente les perspectives en terme de gestion de l’équilibre du réseau électrique grâce au soleil.

  • CSP - Gemasolar produit de l’électricité durant 24h avec une tour thermosolaire

    La tour thermosolaire espagnole a la particularité d’être couplée à une technologie de stockage de la chaleur pour produire de l’électricité quand il n’y a pas de soleil. Premier essai réussi en juillet 2011.