Vous êtes ici

Les acteurs belges du photovoltaïque, prêts pour des objectifs plus ambitieux

Plus de 240 acteurs du photovoltaïque se sont réunis au Belgian Solar Day. La filière se montre volontaire. Grâce à la baisse des coûts, aux améliorations technologiques, aux couplages innovants (pompes à chaleur, stockage, véhicules électriques), elle se dit prête à installer 1.000 MWc par an d’ici 2030.

Plus de 240 acteurs photovoltaïques - experts, industriels et politiques - se sont réunis à Bruxelles ce 18 octobre dans le cadre du Belgian Solar Day.

Cet événement annuel, organisé par Edora, ODE Vlaanderen, Becquerel Institute, l’APERe et Techlink, a permis à la filière de mesurer les avancées actuelles et à venir.

La baisse continue des coûts, les améliorations de rendement et le couplage à des applications innovantes (pompes à chaleur, stockage, véhicules électriques, …) sont autant d’avancées qui, selon les intervenants, permettront de déployer massivement le photovoltaïque, de fournir une solution polyvalente pour le futur système énergétique belge et de contribuer substantiellement aux enjeux climatiques et énergétiques auxquels la Belgique et l’Europe doivent faire face.

Afin d’assurer ce déploiement, Edora, ODE Vlaanderen, Becquerel Institute, l’APERe et Techlink demandent aux Gouvernements fédéral et régionaux de rehausser les objectifs 2030.

Actuellement, l’ébauche de Plan National Energie-Climat prévoit un objectif de 18,3% d’énergie renouvelable dans la consommation énergétique en Belgique. La Commission européenne demande de relever substantiellement cet objectif pour atteindre environ 25%. Les acteurs de la filière photovoltaïque, quant à eux, sont prêts à relever le défi, et appellent les autorités à accroître l’ambition de la filière avec un rythme de 1.000 MWc annuel de nouvelles installations.
 

© Engie Fabricom

Deux exemples récents du dynamisme photovoltaïque en Belgique :

Ci-dessus : Le Kristal Solar park à Lommel en Flandre, la plus grande installation au sol du Benelux (100 MWc).

Ci-dessous : Le parking photovoltaïque au parc animalier Pairi Daiza en Wallonie, en cours de construction, est le plus grand projet de ce type au monde (20 MWc).

© Perpetum

Les acteurs se montrent également volontaires pour créer des Communautés d’énergies renouvelables en Belgique et développer ainsi l’autoconsommation collective à savoir le partage de l’énergie solaire locale entre plusieurs consommateurs d’un quartier.

Selon la filière, le partage de l’énergie entre les participants de ces Communautés constitue une opportunité afin de limiter les congestions locales et éviter les renforcements superflus de réseaux en favorisant la synchronisation entre production et consommation locale.

Aux termes de cette rencontre, les participants estiment que la filière photovoltaïque jouera un rôle chaque jour plus important afin d’assurer la décarbonation de notre système énergétique tout en garantissant notre sécurité d’approvisionnement en combinaison avec d’autres sources d’énergies renouvelable complémentaires en Belgique.

 Lire également nos articles :

La Wallonie instaure les communautés d’énergie renouvelable

Partager son électricité verte avec des voisins ? Des projets se préparent en Wallonie Picarde

Le photovoltaïque toujours plus compétitif

Photovoltaïque : deux innovations qui pourraient tout changer

 

Catégorie: 
Actualité Belgique
Filière: 
8

Pour aller plus loin