Vous êtes ici

Faire le plein de biogaz, bientôt une réalité ?

La coopérative Biogaz du Haut-Geer compte ouvrir la première station-service au biogaz en Belgique. Ce carburant vert pourrait se développer au niveau local et faire rouler 2 millions de véhicules.

La coopérative du haut-Geer, en province de Liège, développe depuis 2012 un véritable modèle d’économie circulaire, durable et local.

En effet, 32 agriculteurs de la Hesbaye ainsi que 6 entreprises locales – dont l’entreprise de légumes surgelés Hesbaye Frost - se sont associés pour valoriser leurs déchets organiques (50.000 tonnes par an) au sein d’une unité de biométhanisation (photo ci-dessus). Le biogaz obtenu permet de faire tourner deux moteurs de cogénération, qui produisent de l’électricité et de la chaleur vertes.

L’électricité produite couvre les besoins de la coopérative, et le surplus est vendu à l’entreprise voisine Hesbaye Frost (qui couvre ainsi 27,5% de ses besoins en électricité).

Tandis que la chaleur produite sert notamment à sécher des briquettes de bois destinées à être vendues et bientôt à chauffer un réseau d’eau chaude utilisé par deux entreprises locales.

Le processus de production de biogaz est constant, 24h/24h et 7 jours sur 7. Or il arrive que des surplus ne puissent pas être consommés et doivent dès lors être brûlés en torchère.

« C’est justement pour éviter ce gaspillage que la coopérative espère fournir en biogaz une station-service CNG », explique Gaëtan de Seny, initiateur de la coopérative, au journal L’Avenir (22 janvier 2020).

En effet, la coopérative a acheté un terrain de 2.500 m2 à côté de l’unité de biogaz et compte y ouvrir en 2020 une station-service de Gaz naturel Compressé (CNG) reliée au réseau de gaz naturel.

Dans un premier temps, la station proposerait du CNG aux automobilistes – un carburant moins polluant que l’essence ou le diesel, mais qui reste d’origine fossile.

Dans un deuxième temps, la coopérative y vendrait ses surplus de biogaz – un carburant 100% renouvelable – pour faire rouler les véhicules des entreprises locales, de la commune, des tracteurs et des voitures individuelles.

Ce serait une première en Belgique.

 

2 millions de véhicules ?

Ce projet montre tout l’intérêt du biogaz pour valoriser des déchets organiques et fournir au niveau local un carburant propre. Plusieurs autres projets vont êre menés en ce sens en 2020.

Selon un rapport de la Green Gas Platform, le biogaz pourrait alimenter un tiers des voitures particulières en Belgique, soit 2 millions de véhicules.

Ce carburant renouvelable pourra donc se développer en Belgique, selon les potentiels agricoles locaux, et être progressivement distribué dans le réseau de stations-services au CNG.

Aux Pays-Bas, les stations-services PitPoint (groupe Total) sont ainsi passés à du 100% biogaz depuis juillet 2019 (lire cet article).

« Lorsqu’on voit un PitPoint qui propose du 100 % biogaz aux Pays-Bas, c’est quelque chose que l’on pourrait dupliquer en Belgique. D‘abord par de l’importation puis par une production locale », estime ainsi Didier Hendrickx, PA Manager chez Gas.be, qui confirme l’intérêt des opérateurs belges à intégrer la dimension gaz renouvelable au sein de leur stratégie. Cependant, « il y a encore beaucoup de choses à améliorer sur le plan réglementaire et législatif en lien avec les Régions et le régulateur », explique-t-il dans cet interview sur Gaz-mobilite.fr.

« On estime qu'il faut avoir au moins 100 stations en Wallonie pour rendre le réseau vraiment attractif, avec une diminution de la distance de parcours entre deux pompes. On devrait atteindre ce seuil dans les quatre ans », indique le représentant du secteur gazier dans un autre interview à Nord Eclair (25/01/2020). « La Wallonie dispose d'un potentiel très intéressant qui, une fois valorisé dans des unités de biométhanisation et injecté dans le réseau de distribution, pourrait se substituer progressivement au gaz naturel classique », conclut Didier Hendrickx.

Le biogaz pourrait donc trouver sa place dans la mobilité de demain, même si ce sont surtout les véhicules électriques et à hydogène qui permettront d’atteindre une mobilité 100% renouvelables (lire notre article Pourquoi la voiture électrique ne résoudra pas notre mobilité …mais jouera un rôle déterminant).

Notons au passage que la dynamique locale de la coopérative du Haut-Geer stimule une véritable transition énergétique.

Ainsi, l’entreprise de légumes surgelés Hesbaye Frost, qui fournit ses déchets organiques à l’unité de biométhanisation, a par ailleurs installé une centrale photovoltaïque flottante sur un bassin industriel (lire notre article Première centrale photovoltaïque flottante en Belgique).

Lire aussi notre article :

Le biogaz pourrait alimenter 1 foyer wallon sur 2

La biométhanisation : un bilan carbone positif

 

Catégorie: 
Actualité Belgique
Filière: 
2