Vous êtes ici

Des certificats verts pour l’incinérateur de Bruxelles ?

Le gouvernement bruxellois compte attribuer des certificats verts à l’incinérateur de Bruxelles pour sa production d’électricité. Une utilisation abusive du mécanisme, selon les professionnels du secteur.

Le gouvernement bruxellois annonçait cet été une mesure inédite : attribuer des certificats verts à l’incinérateur de Bruxelles pour sa production d’électricité. Le gouvernement bruxellois a d’ores et déjà inscrit 10 millions d’€ au budget 2015 comme recette provenant de la vente de certificats verts. Cette mesure, inscrite dans la Déclaration de Politique Régionale (DPR), a suscité de nombreuses questions lors des débats parlementaires du 4 novembre dernier et inquiète les producteurs d’électricité verte.

En termes d’émissions de CO2, l’incinération s’avère en effet le mode de production renouvelable le moins intéressant pour la fraction organique des déchets. Et l’incinérateur de Bruxelles présente un rendement électrique faible. Les professionnels du secteur rappellent également que le mécanisme des certificats verts vise à soutenir les nouvelles productions d’électricité verte. Or l’incinérateur existe depuis 10 ans et sa production électrique ne nécessite pas de nouveaux investissements.

Les professionnels parlent dès lors d’une utilisation abusive du mécanisme afin d’appliquer une taxe déguisée sous couvert d’énergie verte. Ils redoutent un déséquilibre sur le marché régional des certificats verts avec le risque de voir s’effondrer le prix des certificats verts bruxellois. De plus, soulignent-ils, cette décision se trouve en contradiction avec les autres engagements de la DPR qui visent à limiter l’incinération et à mieux valoriser les déchets.

En Wallonie, le gouvernement a toujours exclu l’incinération de son mécanisme, par bon sens économique et environnemental.

Catégorie: 
Actualité Belgique
Filière: 
2
Mots clés: